Le vidéo scaler


 


Comme vous l’avez deviné, un scaler (ou scaleur) vidéo est un dispositif de conversion des signaux vidéo pour les faire correspondre au format natif du dispositif de visionnage (téléviseur ou écran d'ordinateur).


Ce dispositif peut être un programme embarqué sur la carte graphique d’un PC ou une puce spécialisée dans un vidéoprojecteur ou un lecteur de DVD ou encore dans un ampli tuner sophistiqué.


Lorsque la conversion se fait dans le sens d'une réduction du nombre de pixels (downscaling) ces systèmes travaillent avec un grande performance et l’image aura la netteté maximale possible avec le nouveau format.


Lorsque la conversion se fait dans le sens inverse vers une définition supérieure (upscaling) le résultat dépend surtout du coefficient d’agrandissement demandé, mais aussi des méthodes de corrections appliquées ensuite a l’image.


Dans la pratique on admet couramment qu'une image numérique réduite par calcul de 50% puis ré-agrandie de 200% pour retrouver sa taille d'origine peut retrouver sa netteté apparente grâce a une légère correction des contours et de netteté.


Modification%20de%20r%C3%A9solution.jpg

C’est ce que démontre l’exemple ci-dessus, si vous reculez suffisamment pour ne plus voir les pixels de l’image A vous aurez l’impression que l’image B est quasiment identique ! Si vous reculer encore vous finirez par voir quatre images identiques...


Mais si le facteur de division et de multiplication dépasse cette valeur l'image finale devient de plus en plus floue et des défauts apparaissent comme dans l'exemple suivant.


Division%20par%203%20puis%20zoom%20x%203%20et%20correction.jpg
 
Il est donc possible de visionner des DVD ou éventuellement même des formats moins bons sur grand écran en Full HD pourvu d’utiliser un non scaler (zoom numérique) pour recalculer l’image et de ne pas choisir la plus grand taille d’écran théoriquement possible avec un projecteur Full HD.


Evidemment le scaler ne se contente pas de traiter une vidéo aussi simplement que je l’ai fait avec cette image, il exploite aussi le fait que les images successives d’une vidéo se ressemblent pour améliorer encore un peu la qualité de l’image finale. Les ressemblances permettent de lisser les défauts de l’image finale (réduction du bruit), et les différences permettent de calculer et de corriger au moins partiellement des défauts produit par les mouvements (correction appelée souvent « motion compensation »).

 

Encore une fois, la taille des pixels réels du projecteur doit rester en dessous de 1,5 x 1,5 mm pour une distance de 3 m, et les pixels du film (avant traitement) en dessous de 3 x 3 mm.




 

         


 Retour a l'acceuil