L'écran TV


 

Tube cathodique

 

C'est l'ancêtre, toutes les TV en sont équipées depuis plus d'un demis siècle. Il est resté longtemps la référence en ce qui concerne la luminosité, le contraste et la précision des couleurs. Même la géométrie de l’image, qui était son point faible, a fini par devenir parfaite grâce à des tubes quasiment plats et a des électroniques plus précises. Les appareils a tube sont toujours resté de gros consommateur de courant.

 

 

Rétroprojecteur

 

C’est en fait un projecteur Tri-LCD ou DLP caché derrière un écran translucide. Ses points faibles sont en général un manque de luminosité ou un faible angle de vision, mais certains des modèles les plus performant montrent qu'il est possible de réduire considérablement ces défauts, même leur volume plutôt imposant il y a quelques années a été pratiquement divisé par deux !

 

 

Les écrans plats


Le rêve est devenu réalité, les écrans des anciens films de S.F. sont apparus dans le commerce, peu avant l’an 2000 ! Leur prix a baissé si vite que le tube cathodique n’a pas survécu longtemps, les images plutôt médiocres des premiers modèles font partie d’un passé lointain,

Les écrans à plasma sont hélas très difficile à fabriquer et l'électronique de commande est aussi très complexe, cela explique certainement pourquoi les prix ne baissent pas autant que pour les LCD. Leur consommation électrique peut devenir considérable pour les modèles de grande taille.

Les écrans LCD ont évolués et leur taille n’est plus limitée, à 105 ou 110 cm, leur prix ne cesse de baisser et leur consommation électrique a progressivement aussi diminuée.

 

 

Le remplacement des tubes fluorescents par des LED pour éclairer la dalle LCD leur a définitivement apporté une qualité d’image incomparable et un contraste si élevé qu’il n’est presque plus mesurable, en prime leur épaisseur tend presque vers zéro et la consommation électrique est encore plus réduite



Mais l'avenir est aux OLED (matières organiques luminescentes), contrairement à ce qu'affirme certaines entreprises japonaises, il semblerait que le procédé de fabrication de ce type d'écran est tout à fait adapté à la production de masse à bas prix, et leur structure permet d'imaginer des écran souple (donc moins fragiles !) de très grandes surfaces et très léger. Avec cette technique, chaque pixel produira exactement la quantité de lumière et la couleur voulue, il est probable que la consommation électrique va encore battre de nouveaux records. Le gros problème c’est la durée de vie un peu limitée des OLED, mais les chimistes y travaillent, depuis quelques années déjà, un peu de patience !


 Sony-oled-xel1.jpg


 

 

         


 Retour a l'acceuil