Cinéma numérique

  


sphere%2025%20px.gif La chaîne du cinéma numérique

Le DSM (Digital Source Master) : master numérique issu de la chaîne de postproduction ;


Le DCDM (Digital Cinéma Distribution Master) : Master numérique créé à partir du DSM et qui sert de base pour réaliser les copies. Il contient toutes les données pour la projection : images, sons et sous-titres.


Le DCP (Digital Cinéma Package) : c'est la copie numérique destinée à l'exploitation en salle. Les images sont compressées et le contenu est crypté. Ce « package » de fichiers est donc adapté au transport vers les salles et au stockage dans les cabines de projection, au sein du serveur D-Cinéma. Ce sont les fichiers DCP qui sont lus et projetés en salle par le couple lecteur-projecteur.


JVC%20prototype%208K%201.jpg

Prototype de projeteur 8K de JVC

sphere%2025%20px.gif Formats d’image

Master 2K : (DCM 2k)

Image de 2048 X 1080 pixels carrés (2 Megapixels) avec 24 ou 48 images par seconde sans compression. Espace colorimétrique YUV quantifiée sur 12 bits.au format 4:2:2 + Son avec 6-8 pistes audio sans compression au format 48 ou 96 kHz sur 24 bits + Sous-titres.


Master 4K : (DCM 4k)
Image de 4096 X 2160 pixels carrés (8 Megapixels) avec 24 ou 48 images par seconde sans compression. Espace colorimétrique YUV quantifiée sur 12 bits.au format 4:2:2 + Son avec 6-8 pistes audio sans compression au format 48 ou 96 kHz sur 24 bits + Sous-titres.


Master 8K
C'est le format Ultra HD de JVC et NHK avec une image de 8192 X 4320 pixels carrés. 832 Megapixels) Espace colorimétrique YUV quantifiée sur 12 bits.au format 4:2:2 + Son avec 6-8 pistes audio sans compression au format 48 ou 96 kHz sur 24 bits + Sous-titres. (Ce format n'est pas encore totalement défini et devrai donner une qualité d'image supérieures au 70 mm)


Pour la projection 3 niveaux de qualité sont actuellement utilisés :

Niveau 1 : DSM 4K à 24 images par seconde.

Niveau 2 : DSM 2K à 24 images par seconde.

Niveau 3 : DSM 2K à 48 images par seconde.


Les composantes de couleur YUV (Y = R+V+B, U = R-Y et V = B-Y) sont quantifiées sur 12 bits au format 4:2:2


La norme de réduction de débit pour les images est la compression JPEG 2000 (compression par ondelettes). Chaque image est compressée indépendamment des autres qui la précèdent ou qui la suivent (pas d’images interpolées ni d’images intra).


Adaptation au format d'image du cinéma sans anamorphose

Niveau 1 : 4096 X 1714 (rapport 2.39:1, pixel carré) ou 3996 X 2160 (rapport du pixel de1.85:1,  )

Niveau 2 et 3 : 2048 X 858 (rapport 2.39:1, pixel carré) ou 1998 X 1080 (rapport du pixel de1.85:1,  )




sphere%2025%20px.gif Formats du son :

Seize pistes numériques PCM Wave, non compressées au format 48 ou 96 kHz sur 24 bits. Le niveau de référence est défini à -20 dBfs.


Huit pistes sont identifiées et normées :


•  Soit six pistes pour une diffusion en 5.1 28, dans l'ordre des pistes : « gauche - droit - centre - subwoofer - gauche surround29 - droit surround »

• Soit sept pistes pour une diffusion en 6.1 28, dans l'ordre des pistes : « gauche - droit - centre - subwoofer - gauche surround29 - droit surround »

•  Soit huit pistes pour une diffusion en 7.1, deux pistes supplémentaires « demi gauche et demi droit frontaux » (comme pour le Sony Dynamic Digital Sound)

•  Un nouveau format multicanal depuis 2010 (pour le cinéma numérique et le cinéma 3D) sous la dénomination « Dolby Surround 7.1 ».


Les huit dernières pistes sont en réserve pour de futurs formats ou à définir par les usagers.



sphere%2025%20px.gif La protection anti copie

Lors de la fabrication de la « copie 0 » au format DCP à partir du DCDM, le « packaging » abouti au cryptage des pistes audio et images. Une clé de lecture principale (dite « clé primaire ») est générée.


Sur longue distance, l'acheminement du DCP vers les cinémas peut s'effectuer sur support physique (disque dur), réseau de télécommunication terrestre (par exemple, accès ADSL ou fibre optique installé dans le cinéma) ou diffusion par satellite.


La plupart du temps, les DCP sont chiffrés. Seule une salle qui aura reçu par courrier électronique une clé KDM leur donnant le droit d'exploiter le film pourra le lire. C'est le distributeur du film qui établit une KDM pour autoriser la projection de son film dans une salle à une période donnée. Une KDM est créée à partir :


•    de la « clé primaire » du DCP du film qui sera transmis ;

•    des certificats des équipements de projection numérique de la salle ;

•    de la période d'exploitation commerciale accordée


En local (dans la cabine de projection), le lien entre le lecteur (serveur) et le projecteur se fait sur une double liaison par câble coaxial à 1,44 Gb/s. Les données circulant sur cette liaison sont aussi chiffrées, empêchant ainsi de réaliser un enregistrement numérique de la sortie du lecteur. De plus, des données identifiant la salle de cinéma et la séance sont insérées en filigrane (watermarking) dans l'image à la projection, de manière invisible, assurant une protection contre l'enregistrement via un caméscope.


 
Projecteur%204K%20Sony%20.jpg

 Projecteur 4K Sony VPL-VW1000ES
Le premier projecteur 4K à vocation "grand pubkic"

         

         


 Retour a l'acceuil